Bienvenue !

SOLDES -20% SUR TOUT LE SITE !

Les labels Bio et Eco de Cosmebio

Cosmebio

L'association professionnelle française Cosmebio, qui regroupe principalement des fabricants de cosmétiques, a mis en place un label pour les cosmétiques naturels en 2002. Le contrôle est effectué par des organismes certificateurs indépendants et agréés comme Ecocert. Il y a en réalité deux labels Cosmebio : le label ECO (écologique) et le label BIO (écologique et biologique).

Le label Cosmebio BIO garantit que l'on trouve :

  • - au minimum 95% d'ingrédients naturels.
  • - au minimum 10% d'ingrédients bio sur le produit fini.
  • - et 95% d'ingrédients bio sur le total des ingrédients végétaux.



Le label Cosmebio ECO garantit que l'on trouve :

  • - Au minimum 95% d'ingrédients naturels.
  • - Au minimum 5% d'ingrédients bio sur le produit fini.
  • - 50% d'ingrédients bio sur le total des ingrédients végétaux.
  • - Maximum 5% d'ingrédients de synthèse, contenus dans une liste restrictive d'ingrédients autorisés.


L'eau contenu dans les produits (de 50 à 80%) n'est pas certifiable. Le pourcentage d'ingrédients bio dans le produit fini peut être très variable d'un produit à l'autre.
Il y a une tolérance de 5% d'ingrédients de synthèse choisis parmi une liste restrictive. Cette liste comprend la soude (indispensable pour la fabrication des savons) et plusieurs conservateurs.
Les procédés de fabrication doivent respecter l'environnement.
Les tests sur les animaux sont interdits.

On labellise des produits cosmétiques, pas des marques. Une même société peut vendre des produits labellisés Cosmébio BIO, des produits labellisés Cosmébio ECO mais aussi des produits non labellisés.


Le label Agriculture Biologique (AB)

AB

C'est un label de qualité français, créé en 1985, et défini par le ministère français de l’agriculture qui en est aussi propriétaire. Ce label est promu par l'Agence française pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique, dite aussi Agence Bio.

D'après l'Agence bio, ce label garantit :

  • - Que l'aliment est composé d’au moins 95 % d’ingrédients issus du mode de production biologique, mettant en œuvre des pratiques agronomiques et d’élevage respectueuses des équilibres naturels, de l’environnement et du bien-être animal.
  • - Le respect de la réglementation en vigueur en France.
  • - Que la certification est placée sous le contrôle d’un organisme agréé par les pouvoirs publics français, répondant à des critères d’indépendance, d’impartialité, de compétence et d’efficacité tels que définis par la norme européenne EN 45011.


Certification : Plusieurs organismes certificateurs ont l'autorisation de délivrer la certification : Aclave, Agrocert, Ecocert SA, Qualité France SA, Ulase, SGS ICS.


Le label BDIH

BDIH

Né en Allemagne (pays précurseur dans ce domaine), le BIDH labellise les produits répondants aux critères suivants.

La directive "cosmétiques naturels contrôlés"

Les critères suivants de la directive BDIH définissent le concept "cosmétiques naturels contrôlés". Elle doit en outre permettre une concurrence loyale des fabricants et des commerçants de cosmétiques naturels.

La directive doit rendre transparent le concept de cosmétiques naturels et attacher une juste valeur aux attentes légitimes des consommateurs pour des produits sûrs et écologiques. Elle décrit les standards des produits cosmétiques naturels qui se réfèrent à l’exploitation et à la production des matières premières ainsi qu’à leur transformation.

Ce qui est important pour nous :

La protection de la nature Lors de l’exploitation des matières premières utilisées, on veille à ce que la nature soit peu perturbée et à ce qu’elle soit conservée dans son mode de vie, tout en prenant tout particulièrement en considération la protection des animaux et des espèces. On refuse les interventions par manipulation génétique au niveau du patrimoine héréditaire des animaux et des plantes.

Transformation soigneuse La transformation des matières premières en préparations cosmétiques doit se faire avec précaution et subir peu de processus chimiques. Les emballages doivent être économes et respectueux de l’environnement.

Compatibilité des produits Par suite d’une pollution croissante, de plus en plus de gens font des allergies à certains composants en particulier aux colorants et conservateurs synthétiques. Les cosmétiques naturels contrôlés renoncent à ces substances. Et ils n’emploient que des substances au faible potentiel allergénique.

Les critères

1. Matières premières végétales autant que possible issues de
- culture biologique contrôlée (kbA), en considération de la qualité et de la disponibilité
- cueillette sauvage biologique contrôlée

2. Protection des animaux
- on ne réalise de tests sur les animaux ni au cours de la fabrication ni au cours du développement ou du contrôle des produits finaux, ni au passage de la commande.
- les matières premières qui n’étaient pas encore disponible sur le marché avant le 01.01.1998 ne doivent être utilisées que si elles n’ont pas fait l’objet de tests sur des animaux. Les essais sur les animaux qui ont été réalisés par des tiers restent ici exclus, essais qui n’ont pas été pris en charge à l’instigation du client et qui n’y sont pas non plus liés sur le plan du droit des sociétés ou au niveau contractuel.
- Le recours à des matières premières issues de vertébrés morts (p.ex. graisse de baleine, huile de tortue, huile de vison, graisse de marmotte, graisse animale, collagène animal et cellules nouvelles) n’est pas autorisé.

3. Matières premières minérales
Le recours à des sels inorganiques (p.ex. sulfate de magnésium) et à des matières premières minérales (p.ex. chlorure de sodium) est en principe autorisé. Pour les exceptions, cf. point 5.

4. Matières premières à intervention réduite
Pour la fabrication de cosmétiques naturels, on peut utiliser des composants qui ont été extraits par hydrolyse, hydrogénation, réaction d’estérification, transésterification ou autres fissions et condensations des substances naturelles suivantes:
- Graisses, huiles et cires
- Lécithine
- Lanoline
- Mono-, oligo- et polysaccharide
- Protéine et lipoprotéine
Le recours concret aux matières premières réglemente la liste positive actuelle pour le développement et la fabrication des cosmétiques naturels contrôlés.

5. Renoncement délibéré
- aux colorants organiques synthétiques
- aux substances aromatiques synthétiques
- aux matières premières éthoxylées
- à la silicone
- à la paraffine et autres produits dérivés du pétrole
Le critère d’autorisation pour les substances odorantes naturelles est en particulier la norme ISO 9235.

6. Conservation
Pour la sécurité microbiologique des produits, seuls certains conservateurs à l’état naturel sont autorisés outre les systèmes de conservation naturels:
- acide benzoïque, ses sels et éthylester
- acide salicylique et ses sels
- acide sorbique et ses sels
- alcool benzyl
En cas de recours à ces conservateurs, il est obligatoire d’ajouter: « conservé avec … [nom du conservateur] ».

7. Pas de rayonnements radioactifs Il n’est pas permis de désinfecter les matières premières organiques et les produits finaux cosmétiques au moyen de rayonnement radioactif.

8. Contrôles Le contrôle du respect des critères cités ci-dessus est assuré par des instituts de contrôle indépendants. Le respect des critères est prouvé par la marque de contrôle propre à l’association.

Autres objectifs:
Conditions préalables concernant les matières premières:
- Transparence au niveau du procédé clair lors de la fabrication
- Explication cohérente au consommateur.

Intervention active contre le génie génétique
- Etant donné que le génie génétique est controversé au niveau de l’agriculture et n’est pas recevable d’un point de vue écologique, la culture biologique est encouragée et on pratique une intervention active contre les substances végétales et animales génétiquement modifiées.

Compatibilité avec l’environnement
- Exclusivement des matières premières sources naturelles si possible certifiées selon l’ordonnance écologique EG (ordonnance EG sur l’agriculture écologique)
- Procédés de fabrication respectueux de l’environnement
- Exploitabilité optimale des matières premières et des produits finis
- Emballages économes, respectueux de l’environnement et recyclables
- Maintien des bases vitales naturelles

Compatibilité sociale
- Matières premières issues autant que possible du Commerce Equitable et de projets du Tiers-monde
- Emploi et évacuation des déchets
- Entente collégiale

Veuillez patienter...